Nicki Minaj pour l’édition automnale de Dazed Magazine! [TRADUCTION]

« Vous savez quoi? » demande Nicki Minaj, riant de vive voix. « Cette ère sera un milliard de fois plus épique que ce que ‘Anaconda’ a pu produire comme réactions. Je pense que cette ère sera définitivement la plus mémorable et celle qui aura le plus d’impact dans ma carrière. »

Dernièrement, la native de Trinité-et-Tobago, élevée dans le Queens, superstar internationale du hip-hop, a l’horaire d’un vampire. « Je me sens inondée de travail » explique-t-elle – un drôle de choix dans ses mots, considérant sa résidence dans la ville flottante de Miami Beach. Minaj a travaillé la majorité de cette année sur son nouvel album – son premier depuis The Pinkprint, sorti en 2014. « C’est mon terrain de jeu principal. Chaque jour est différent. Parfois je vais au studio jusqu’à 6h du matin, parfois je ne me lève pas avant 6h du matin. »

Quand il s’agit de donner des indications ou les directions que prendraient l’album, Minaj garde tous les détails juteux sous clé, incluant une possible date de sortie aux yeux du grand public. « C’est une affaire personnelle avec cet album : je ne veux pas donner de date ou une deadline » dit-elle. « Je ne peux dire s’il est fini à 50%, 80% ou 10%, parce que je ne sais pas. Demain, je peux rentrer en studio et décider que je n’aime pas ce que j’ai produit ces six derniers moi. Ou, demain je pourrais entrer en studio et décider que tout l’album est terminé. Il y a tellement de beauté dans le fait de ne rien savoir. Je veux juste être en studio et créer comme je le faisais, avant que l’on ait des attentes vis à vis de moi. Vous voyez? Quand je m’amusais, travaillant sur mes mixtapes, faisant les trajets et créant… J’écrivais ma petit vie. » 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

À cause de son emploi du temps, Minaj se réveille parfois face à des vues obscures de l’Océan Atlantique. Elle adore s’extasier devant, confie-t-elle. Elle se sent petite face à l’étendu d’eau. « Je n’avais jamais réalisé que l’eau pouvait avoir un tel effet sur moi. » révèle-t-elle, « Mais ça me calme. Cela a un effet positif sur moi. Même quand il pleut, je sors sur mon balcon et tout ce que je vois c’est l’eau et le ciel, et je me sens si petite face au monde qui m’entoure et je ne peux que me sentir reconnaissante. Cela me permet de me centrer sur moi-même. »

Personne ne peut imaginer la difficulté de Minaj à s’échapper de sa propre grandeur. Depuis 2007, elle n’est pas seulement devenu célèbre, mais l’une des icônes les plus présentes dans le monde de la musique. Elle a, sur tous les terrains possibles, surpassé n’importe quelle autre rappeuse pour devenir la plus célèbre de l’histoire. Minaj sera aussi importante pour cette décennie que The Notorious B.I.G. et Tupac l’étaient dans les années 90. Il est fort probable que sa carrière s’étendent sur plusieurs années, comme Madonna ou Cher. Elle est la personnification du rose puissant. Le  New-York Times la surnomme la rappeuse la plus influente de tous les temps. Et, au moment de la rédaction de cet article, Billboard reporte que la nouvelle star Cardi B a classé le premier titre en solo pour une rappeuse dans son top 10 depuis Minaj [NDLR : en 2014 avec Anaconda], rattrapant le record de la rappeuse et l’utilisant comme exemple pour les nouvelles femcees.

img_6157

Cette année marque le dixième anniversaire de la première mixtape de Minaj, Playtime Is Over. L’un des découlé de cet anniversaire est qu’elle a écouté ses anciens titres pour la première fois depuis qu’elle est devenue une habituée de la liste Forbes. « Cela m’a beaucoup appris » révèle-t-elle. « Cela m’a appris qu’est-ce qui m’intéressait chez les gens, et que j’avais besoin d’avoir une conversation avec moi-même. Désormais, j’ai redécouvert des choses sur moi. »

Pour Minaj, regarder ses dix dernières années dans l’industrie, c’est comme visualiser le monde depuis le centre d’un ouragan. « Si je devais décrire les dix dernières années, je dirais que j’ai été bénie. Bénie, et extrêmement favorisée, parce que les choses qui me sont arrivées sont des opportunités qui arrivent une fois dans une vie. » 

Dans la mafia, vous ne pouvez vous faire chaperonner que par un homme déjà accompli. Pour Minaj, cet homme était Lil’ Wayne, mais elle le décrit plus dans des termes qui ressemblent moins au Parrain, et plus à Marraine la bonne fée. « J’ai l’impression que c’est une histoire comme celle de Cendrillon. » s’enjoue-t-elle. « Se faire sortir de Southside, Jamaica dans le Queens par le prince, Lil’ Wayne. Et il m’emporte sur sa citrouille magique. » Elle ne peut s’empêcher de rire. « Je suis toujours dans cette citrouille magique! Ce voyage a été magique. Tout n’a pas été facile. Ce fut une expérience émotionnellement instable. J’ai du gérer tout cela, le négatif et le positif. Mais je sais qu’il y a beaucoup de personnes qui tueraient pour avoir ce que je vis, donc je me dois de prendre les bons et les mauvais côtés, et en être reconnaissante. Peut importe ce qu’il s’est passé ces 10 dernières années, je suis toujours là. Je suis toujours là! »

img_5471

 

Sa position et son prestige ont fait d’elle et une idole, et une cible. Alors que l’on accorde aux rappeurs la liberté de suivre leur propre style, aucune rappeuse ne peut échapper au moule de Nicki Minaj. Les comparaisons peuvent causer des disputes, aussi bien des nouvelles venues à la recherche d’une place, ou d’anciennes icônes à la recherche d’un second souffle. En mars, Minaj a dévoilé trois chansons en réponse à la diss-track de la native du Bronx Remy Ma. Mais l’univers lui-même a réagi : ces chansons – « No Frauds », « Regret In You Tears » et « Changed It » – lui ont valu la distinction d’être la femme avec le plus de hits dans Billboard Hot 100, ses 76 entrées battant celles d’Aretha Franklin avec 73.

« Je ne pense pas que j’ai vraiment fait le point là-dessus dans mon esprit. Avec certaines de ces choses, j’ai toujours l’impression d’être dans un rêve. Avant que je ne sorte un album j’ai prié Dieu qu’il me donne la chance de travailler comme Lil’ Wayne. Il était la personne que tout le monde voulait sur ses sons. Aujourd’hui, une des raisons pour lesquelles j’ai pu battre ce record est que de nombreux artistes m’ont fait confiance pour leurs singles et vidéos – ils m’ont fait confiance vis à vis de leur image. Je dois remercier ces artistes, parce que j’apprends beaucoup de ces collaborations car ça me force à avoir de la flexibilité dans mon flow. On peut m’envoyer des chansons pop, reggae, rap ou R&B, et les gens savent que Nicki Minaj va offrir quelque chose de spécial. Je ne pense pas que les gens réalisent, mais je n’appelle pas les artistes pour poser sur leurs sons. Cela arrive parce qu’au fil des années, j’ai crée cette marque que les gens connaissent. Je vais aller à fond pour eux. Je n’ai jamais aux la chance de dire ça aux artistes qui m’ont appelé – je n’ai jamais eu la chance de les remercier. »

img_6158

Cette liste d’artistes se lit comme un hall of fame des Grammys. Justin Bieber, Madonna, Drake, Beyoncé, Rihanna et Kanye West se sont tous basés sur les couplets de Minaj pour ajouter du piment à leurs chansons. Elle est même montée sur scène avec Prince lors d’une fête organisée par Versace en 2011. Quand on lui demande sa collaboration de rêve, elle me dit que c’est Enya, dont la musique a inspiré certaines de ses productions vocales. Elle espère aussi travailler avec Sia. Si je compte bien, jusqu’au mois d’août, elle est apparue sur 16 chansons, incluant des titres avec Drake, Wayne, Calvin Harris, Katy Perry, Future, Jason Derulo, Gucci Mane, Yo Gotti et Major Lazer.

Quand elle n’est pas occupée à tourner des clips avec Blac Chyna, prendre des selfies avec ses fesses ou posant avec des ensembles en latex devant la mer, elle joue avec ses fans sur Instagram depuis le studio, incluant parfois des caméos d’anciennes et futures collaborations comme Lil’ Wayne, Trina, Quavo et ses producteurs de longue date Kane Beatz et JMIKE. Pour quiconque cherchant des indices sur ce qui pourrait être sur son quatrième album, pouvant sortir en fin d’année, Minaj vous propose de deviner. « Je fais beaucoup de collaborations », elle admet. « Tu ne sais jamais si c’est une collaboration pour eux, une chanson pour mon album ou si c’est une chanson que l’on partagerait. Toutes les chansons que l’on m’envoie ne me donnent pas envie de poser quelque chose dessus. Je sais que les gens croient ça. Croyez-moi, vous ne pouvez pas tout le temps prendre ces photos comme indices. Je n’en donnerais pas comme ça. »

img_6155

Un endroit ou vous pourriez trouver des indices sur la prochaine ère de Minaj est dans sa garde-robe. Quand elle a gracié la couverture de Dazed en 2014, c’etait un shoot de Jeff Bark – un style année 50 chic, veste Channel en tweed, le tout avec les couleurs naturelles de sa chevelure. C’était en lien avec une approche plus simple de son style sur les tapis rouges et dans sa vie. Avec un peu de recul, ce look représentait l’interiorité du PinkPrint, et le retour au source de Minaj sur cet album. Dernièrement, pourtant, les perruques roses sont de retour sur son Instagram – plus longue et plus chère qu’avant – et Minaj cherche à représenter une amazone glamour en Versace, avec des couleurs façon Barbarella, des tenues bondages et des décolletés dénudés avec une pointe d’indécence. Est-ce que la mode prophétise un futur style musical?

« Vous savez quoi? » Minaj demande, avec persévérance. « Je cherche à devenir comme l’ancienne Nicki, mais avec un nouveau tournant. Récemment, j’ai porté une perruque moitié rose, moitié blonde, comme dans le clip de Super Bass. J’avais aussi une perrque moitié bleu et moitié blonde, comme pour le clip de Knockout avec Lil’ Wayne. J’adore voir mes fans perdre la tête parce qu’ils me voient avec des cheveux descendant jusqu’à mes hanches, ou des cheveux roses jusqu’à mes chevilles. C’est intéressant de faire des choses que j’ai déjà faites avant, mais d’une manière différente qui donne l’impression aux gens que c’est la première fois qu’ils le voient. J’aime voir cette étincelle dans leurs regards, juste pour un look. » Les gens devraient profiter un maximum en ce moment, en vue des horreurs politiques qui prennent place dans le monde. « Je suis tout à fait d’accord » dit Minaj. « Je peux sentir que les gens désirent en voir plus. Je le dois à moi-même, et à mes fans, de m’amuser de nouveau. Il n’y a rien de mal à s’amuser quand tu fais de la musique. »

En 2010, Pink Friday était le projet qui a engendré le couronnement de Nicki Minaj – son espièglerie, sa confiance et ses couplets roses-bonbons lui ont permis de s’affirmer en tant que nouvelle reine du rap. Son successeur, Pink Friday : Roman Reloaded (2012) était explosif, un briseur de genres mélangé aux personnalités outrageuses de Minaj. The Pinkprint (2014) a donné à Minaj l’opportunité de se livrer et d’enlever les costumes ainsi que les personnages complètement fous, et de donner à ses fans une fenêtre vers son âme. Espérons que son quatrième opus – actuellement surnommé NM4 par les médias et la presse – ramène l’esprit enjoué et pervers de Roman?

« Oh mon Dieu! » hurle Minaj. « C’est la question qui vaut un million de dollars. Je pense qu’il y a des choses qui doivent être et qui doivent être discutées dans chaque album, et cela dépend des expériences. Donc je dois prendre ces choses, et les mélanger à d’autres choses dont personne ne s’attend. Quelqu’un peut t’envoyer une prod, et cela réveille quelque chose en toi. La nuit dernière j’ai vécu cette expérience. J’ai reçu quelques productions et cela a réveillé quelque chose en moi qui dormait depuis Pink Friday. Il y avait quelque chose de si magic et surprenant dans ce qu’il se passait. À chaque fois que je pense à la sonorité finale que prendra cet album, quelque chose de magique se produit. Ça me mène vers un chemin différent et me montre une autre de mes facettes, et je continue vers cette route. »

img_6156

« Tout le monde me demande ce qu’il en est de Roman » continue-t-elle, invoquant le nom de son frère jumeau/alter ego meurtrier aux cheveux roux, britannique, gay qui communiquait au travers d’elle à une époque lointaine. « Est-ce que Roman reviendra? Si Roman a besoin que l’on fasse appel à lui, alors Roman sera là. Je ne ferais rien qui me ferait me sentir forcée. Je fais ça pour mes plus gros fans. »

C’est difficile de croire que, malgré son énorme succès en tant qu’artiste, Minaj a été virée de la majorité des jobs qu’elle a fait. D’une certaine manière, la star se base toujours sur la jeune femme qu’elle était, se battant pour son argent et sa place dans le monde. Je lui demande comment son attitude qui fut un désavantage à l’époque, est un atout dans l’industrie musicale, et sa voix devient très sérieuse. « Parce que je suis arrivée dans une industrie et j’en ai demandé plus pour les rappeuses. J’en voulais plus pour les femmes noires. Je voulais plus que ce que les hommes faisaient, et j’ai réussi. J’ai réussi. » Elle s’arrête pour l’effet dramatique, et continue. « Je savais quelle valeur j’avais bien avant. Certains diraient que j’ai une mauvaise attitude, d’autres que je suis un génie. Certains appelleraient une rappeuse qui se fait un million de dollars par show un génie. Certains m’appelleraient la seule rappeuse qui, encore aujourd’hui, peux faire n’importe quelle arène dans le monde et y mettre le feu. »

img_6159

« Regardez, je suis entrée dans cette industrie en disant que je ne voulais jamais coucher avec un homme pour avoir ce que je veux, et j’ai toujours écrit mes propres textes, parce que je suis assez intelligente pour le faire. » Minaj continue. « Je l’ai fait. Je suis restée fidèle à l’une des plus grosses promesses que je me suis faite à moi-même. Tout le monde ne peut pas dire pareil. Alors, ces mêmes choses qui ont paru mauvaise au début de ma carrière, ou au début de ma vie – peut-être que mes patrons pensaient que j’en faisais trop – ces choses m’ont permis d’ouvrir des portes pour les rappeuses, de me faire énormément d’argent, d’avoir une influence monstrueuse et de voir que cela a rempli nos comptes en banques. Je connais énormément de filles qui vont profiter des bénéfices de cette attitude. Et je ne me faisais pas virer parce que j’avais un mauvais comportement! Je pense que je me faisais virer parce que j’avais un opinion. Encore aujourd’hui, les gens sont inconfortables face à une femme qui a une opinion. Tout le monde veut te voir sourire à la caméra et rester silencieuse, ils veulent que tu encaisses. Je ne suis pas ce genre de filles. »

En juin, Minaj a été honorée par la présidente du comté du Queens Melinda Katz, qui l’a gratifiée de la clé de la ville. « J’en ai eu les larmes aux yeux » a dit Minaj. « Si j’avais su ça à l’époque, peut-être que je n’aurais pas pleuré à en tomber endormie pendant si longtemps. Si j’avais su que tous ces efforts seraient récompensés de cette manière, j’aurais probablement eu un comportement plus positif quand j’avais du mal à signer un contrat. »

img_6154

Quand il s’agit de ses habitudes musicales, Minaj a cité des influences émanant d’artistes comme Tasha Cobbs, tout comme ces récents collaborateurs Quavo et Future. Elle laisse échapper une information, confirmant qu’elle et Young Thug ont enregistré un titre ensemble. « J’étais ébahie par son niveau artistique. » explique-t-elle. « Je suis impatiente que les gens entendent notre collaboration. »

C’est facile de regarder Minaj dans les yeux et de sentir que, derrière cette surface lisse, elle contient une multitude de facettes – littéralement, si l’on parle de ses alter-ego, mais aussi en faisant référence à son esprit. Son univers intellectuel est vaste et détaillé. Rien qu’en parcourant sa discographie ces dernières années, ses paroles ont abordé des thèmes allant des Real Housewives, Ellen DeGeneres, Bergdorf Goodman et Monica Lewinsky aux célèbres trafiquants et dealeurs comme la Supreme Team, Griselda Blanco et Big Meech. Elle blague sur la torture, le meurtre et les médecins sorciers. Quand on lui demande si la situation politique américaine, majoritairement chaotique, aura droit à un traitement de sa part, elle joue la comédie. « Et bien, vous me connaissez… » dit-elle en riant, « Les choses doivent être dites, c’est tout ce que j’aurais à dire. Les choses doivent être dîtes, et je trouverais un moyen de les dire – vous voyez, sans être irrespectueuse. Je pense qu’il y a de quoi aborder la politique de manière respectueuse. Je le pense sincèrement. »

En posant son empreinte sur les titres d’autres artistes, Minaj avoue avoir trouver une nouvelle liberté dans sa vie. « Je peux dire ce que je veux. C’est toujours une bouffée d’air frais. » explique-t-elle clairement. « Les gens filtrent leurs paroles de nos jours. Alors que moi, je reviens à un style plus spontané et tout droit sorti du Southside, Jamaica dans le Queens. Vous voyez? J’avais l’impression d’attendre de retrouver ma liberté dans mon style vestimentaire et musical. Cela ne signifie pas que je ne vais pas faire part de mes expériences les plus profondes dans cet album. » Elle parlera probablement de son clashe avec Remy Ma, de sa rupture avec son ex petit-ami Meek Mill, de sa relation tumultueuse avec son ami Drake, ou d’une multitude de drames personnels, professionnels ou politiques. « Je vais creuser encore plus profondément que le Pinkprint, parce que j’ai beaucoup à dire. Pourquoi pas? Je trouve que quand tes fans attendent deux ans pour que tu sortes un autre album, il doit en valoir la peine. Il se doit d’être un échange honnête entre toi et eux. »

Après dix ans dans l’industrie, les fans de Minaj sont plus à l’affût et obsédée que jamais. « Je n’ai jamais vu mes fans grandir autant depuis ces 10 dernières années, ce qui est fout. » explique-t-elle. J’en suis certains depuis 8 ans sur Twitter. Imaginez cela. C’étaient des enfants qui me tweetaient leurs diplômes d’université, ou des photos de leurs bébés, alors que je me rappelle quand ils étaient encore au lycée. Voilà pourquoi je ne veux pas me presser pour l’album : ça signifie beaucoup trop pour moi. Au point où j’en suis, je dois réaliser un classique. »


Pour vous procurer le magazine (et ses différentes éditions), il suffit de suivre ce lien!

 

Publicités